Changer l'Europe ! Aujourd'hui à Vannes des représentants de la FUEN ont exposé les avancées des Initiatives citoyennes

Reportage publié le 11/01/20 18:23 dans Europe par Philippe Argouarch pour ABP
p
Attila DABIS, membre du Szekler National Council , le député Paul Molac, Jean-Pierre Levesque de l'institut Cultuel, Gösta TOFT, président de 'association des germanophones du Sud-Danemark et Bahne BÄHNEN représentant des Frisons du Nord (Allemagne),
Attila Dabis explique la notion de région nationale (208 vues)
Le député Paul Molac signe l'initiative européenne pour la reconnaissance des minorités (202 vues)

Beaucoup de défenseurs de la langue et de la culture bretonnes se sont retrouvés aujourd'hui à Vannes, à Ti ar vro, pour écouter des représentants de l' Union Fédérale des Nationalités Européennes ou FUEN, dont deux vice-présidents, exposer l'avance des deux ICEs (initiative citoyenne européenne) qui proposent des législations européennes afin de protéger des États les minorités nationales. L'après midi la langue bretonne et la réunification furent au centre des débats autour de Yannig Baron et Paul Loret. La journée était organisée par l'Institut Culturel de Bretagne - Skol Uhel ar Vro.

Nous avons longuement parlé sur ABP de l'initiative MINORITY SAFEPACK Voir le site qui a obtenu 1,3 million de signatures en Europe et qui va être proposée ce mois-ci à la commission et au Parlement européen.

Attila Dabis (Ph.D.), membre du Szekler National Council (région de la Transylvanie en Roumanie), Gösta Toft, président de l'association des germanophones du Sud-Danemark et Bahne BÄHNEN représentant des Frisons du Nord (Allemagne), qui maîtrisent parfaitement cette procédure, ont exposé la modernité d’une telle démarche, mais aussi ses faiblesses et les difficultés de sa mise en oeuvre.

Une deuxième pétition est en cours : L'initiative Citoyenne Européenne pour l'Égalité des Régions et la Soutenabilité des Cultures Régionales Voir le site Voir le site . Vous pouvez signer la pétition ici Voir le site . 55 500 signatures sont requises pour la France. ■


Vos commentaires :