Une anthologie bilingue de poètes de Bretagne publiée par la Région Galice

Présentation de livre publié le 20/06/19 16:03 dans Littérature par Marie-Josée Christien pour Spered Gouez / L\'esprit sauvage

p
Canto e contracanto , anthologie de Maria Lopo

María Lopo, essayiste et traductrice née à Vigo, vient de publier une anthologie de poètes de Bretagne, sous le titre Canto e contracanto. Docteure en littérature française de l'Université de Haute Bretagne-Rennes 2, et auteure de plusieurs ouvrages en français sur la Galice (Vers Compostelle, Ouest-France, La Galice, avec le photographe Yvon Boëlle, Ouest-France), elle a consacré plusieurs études à Guillevic dont Univers Guillevic (PUR, 2017).
L'anthologie, illustrée en couverture par Danièle Jégo, concerne des poètes actuels ou des dernières décennies du siècle dernier. Seule exception : Ivonet Omnes, clerc copiste du XIVè, grâce à qui sont connus les plus anciens fragments de poèmes en breton, dont un fragment introduit le choix. María Lopo a choisi 20 poètes, 10 de langue française et 10 de langue bretonne qu'elle a traduits en galicien. Rares sont les anthologies qui réunissent des poètes bretons de nos deux langues.
Parmi les auteurs de langue française : Guillevic dont elle est spécialiste, Xavier Grall, Georges Perros, Heather Dohollau (seule femme de langue française), mais aussi Armand Robin et Yves Elléouët, poètes majeurs trop souvent oubliés des anthologies. Parmi les poètes actuels, elle en distingue un (trop) petit nombre dont Gérard Le Gouic, Paol Keineg et Kenneth White.
Son choix de poètes de langue bretonne est plus audacieux. Outre Anjela Duval, Naïg Rozmor, Pêr Denez, Glenmor et Youenn Gwernig, la génération suivante est bien représentée : Bernez Tangi, Alan Botrel, Gwendal Denez et Nolwenn Korbell, plus connue chez nous comme chanteuse, qui a toute sa place dans un tel ouvrage. On peut toutefois regretter l'absence de Yann-Bêr Piriou dans ce choix.
A noter que María Lopo a retenu la particularité de Glenmor qui a écrit dans les deux langues, en choisissant un texte dans chacune d'elle.
Chaque texte est publié dans sa langue d'origine et en galicien. Présentation et préface sont écrits en galicien et en espagnol, les notices bibliographiques uniquement en galicien.
L'ouvrage est publié par la Région Galice, qui souhaite mettre en avant les langues dites minoritaires. On ne peut que saluer cette initiative. Et regretter que notre Région Bretagne n'ait pas la même audace.
On se plait à rêver un instant que les deux régions européennes se soient associées pour éditer ensemble cette anthologie, qu'elle ait été publiée en breton, français et galicien, et, pourquoi pas ? en espagnol. La diffusion et l'audience en auraient été plus étendues.
Quoi qu'il en soit, ce regard extérieur sur la poésie bretonne est bienvenu. Même si, hélas, les lecteurs bretons ne pourront pas se le procurer. Espérons qu'au moins les bibliothèques universitaires et les fonds patrimoniaux des médiathèques pourront l'acquérir pour leurs lecteurs. ■


Vos commentaires :