Retour sur le voeu pour l'autonomie par Loïg Chesnais-Girard

Reportage publié le 6/08/22 16:38 dans Politique par La rédaction pour ABP
Lé débat (295 vues)

A l’initiative de l’Institut culturel de Bretagne(ICB), Loïg Chesnais Girard intervenait ce vendredi, en plein festival interceltique, à l’Hôtel de ville de Lorient.

Pour rappel, le Conseil régional de Bretagne a voté à très large majorité un voeu pour l’autonomie de la Bretagne en avril… Mais de quelle autonomie parlons-nous ? Et surtout quelle autonomie voulons-nous ? Car le chemin sera rude pour construire une Bretagne souveraine. Comment avancer avec la France ? Ira-t-on jusqu’à une modification de la Constitution ? C’est à ces questions légitimes que Loïg Chesnais Girard a tenté de donner une réponse, devant plus de 250 personnes présentes pour l’occasion.


Vos commentaires :
jakez Lhéritier de St Nazer de Bretagne
Mardi 16 août 2022
A t'il parlé de la réunification dans cet entretien ?

Si non :encore des paroles,sans engagements,des embrouilles....?

0
Yves Laîné
Mardi 16 août 2022
Des indices m'avaient fait croire qu'il avait saisi et porté ce voeu. Sinon, honte et oubli de cet homme. Que se lèvent ceux qui lui ont fait confiance !
0
Loïc
Mardi 16 août 2022
Réponse du président de Région concernant la demande d'une modification de la Constitution : «je ne peux faire rêver. Car rien ne peut bouger maintenant et dans un avenir proche.» Donc il faut «continuer à discuter à Constitution constante.»
Conclure qu'il reste à se passer des élus ?
0
Rafig
Mardi 16 août 2022
« rien ne peut bouger maintenant» un constat d'impuissance et négatif qui souligne la nullité de ces fausses Régions.
Tous ces élus de la république ne servent à rien. Le vrai pouvoir est entre d'autres mains. La république française est très mal classée pour un pays qui se prétend pour une démocratie.
0

Écrire un commentaire :

Combien font 7 multiplié par 8 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.