Panique au Cabinet de Johanna Rolland ou comment remettre un Gwenn ha Du en un seul courrier

Reportage publié le 26/06/20 12:21 dans La réunification par Didier Lefebvre pour ABP
p
Le Gwenn ha Du, fièrement dressé en plein centre de Nantes,au pied de la Tour Bretagne

[MODIFICATION]

24 heures après cet article, la mairie de Nantes vient de remettre ce Gwenn ha Du

--

[article initial :]

« Merci beaucoup pour votre alerte, nous n'étions pas au courant de la disparition du drapeau Gwen Ha Du au niveau de la Tour Bretagne. Il ne s'agit donc évidemment pas d'une décision de l'enlever. Nous mettons tout en œuvre pour le remplacer dans les plus brefs délais

Le cabinet du Maire ».

Peut-on vraiment croire que notre Gwenn ha Du a été enlevé sans décision ?

Un courrier envoyé par les dirigeants de Bretagne Réunie partout à la mairie, et un coup de fil à l’adjoint du directeur de cabinet, ont fait bouger les choses en une demi-journée. La mairie de Nantes se montre réactive. Surprenant. Il y a sûrement un lien avec les élections municipales dans deux jours. Dès jeudi soir, la direction de Bretagne Réunie eut au téléphone le cabinet, et l’on sentait le correspondant un peu embarrassé.

La découverte

En début de semaine, il a été signalé à Bretagne Réunie que le Gwenn ha Du dressé fièrement au pied de la Tour Bretagne, en plein centre de Nantes, avait disparu. Il voisinait avec le drapeau tricolore, le drapeau européen et le faux drapeau nantais (où la croix noire a été remplacée par une croix blanche avec un liseré noir).

Depuis quand s’est-il « envolé » ?

Ce drapeau est ici depuis des années, lorsque le maire de l’époque avait refusé (déjà) de le mettre à la mairie, à l’image de celui du Conseil général, et en compensation l’avait érigé à un endroit visible.

Une des fiertés de la ville de Nantes a disparu.

Les promesses non tenues de Johanna Rolland

Johanna Rolland, en campagne en 2014, avait alors fait la promesse solennelle, par écrit, de l’arborer au fronton de la mairie de Nantes. Promesse sur laquelle elle s’est assise rapidement. Que ne ferait-on pas pour récupérer des « votes bretons » dans la capitale de Loire-Atlantique, à la veille de municipales ?

Pour les élections de ce dimanche 28 juin, Johanna Rolland, alliée de second tour avec Julie Larnoës, EELV qui rêvait de détrôner l’actuelle édile, en fait une nouvelle :

«  Après l'adoption du vœu demandant l'organisation d 'un référendum sur la réunification de la Bretagne, se doter d'une instance pérenne plurielle pour engager une véritable concertation avec l'État sur les modalités d'organisation de ce référendum, organiser un débat approfondi sur les enjeux et les conséquences d'un redécoupage afin de nourrir le débat citoyen, formuler des propositions pour renforcer les coopérations entre Nantes et les autres territoires bretons ».

Doit-on croire encore en sa parole ?

Deux militants bretons bien connus dans la liste Rolland

Notons toutefois que sur cette liste figurent deux noms connus du mouvement Breton, Aziliz Gouez, militante de Place Publique lors des dernières européennes, et rédactrice des discours du président irlandais Michaël D. Higgins, ainsi que Pierre-Emmanuel Marais de l’UDB, conseiller dans la majorité sortante.

On remarque aussi dans cette liste, en quatrième position, la présence de Florian Le Teuff, figure de l’écologie nantaise et opposant virulent à Johanna Rolland. C’est lui qui avait fait capoter le projet de Yellow Park. Ce n’est pas le grand amour, et on ne comprend pas comment se passera la cohabitation, lui qui est promis à être adjoint à la maire, en charge de présider cette instance pérenne. Notons que Florian Le Teuff est devenu adhérent de Bretagne Réunie voici moins d’un an.


Vos commentaires :
Didier Lefebvre
Dimanche 29 novembre 2020
À la «très aimable» invitation de Roger, j'ai corrigé les fautes d'orthographe, et je prie les lecteurs de m'excuser de les avoir eu laissé passer.

Didier Lefebvre
Dimanche 29 novembre 2020
@Bill Breizh
Je ne valide pas votre commentaire que je trouve injurieux dans sa formulation (je ne juge pas son contenu). Je vous invite à le reformuler

jakez Lheritier
Dimanche 29 novembre 2020
Nous souhaiterions une même indignation publique de Bretagne Réunie,concernant le commentaire d'un journaliste de FR nantes PDL affirmant récemment,que Lucien Mazan -Petit Breton, né en Loire Atlantique à Plessé,avait été le 1 er coureur cycliste des «pays de Loire» à gagner deux tours de France en 1907 1908.!
Sachant que la Loire inférieure était en Bretagne et que les «pays de Loire»de création étatique autoritaire,n'existaient pas,nous avons demandé des rectifications à FR3,au CTA et au CSA:
Sans réponses....?
Encore un gommage de l'histoire sportive bretonne populaire.

Rafig
Dimanche 29 novembre 2020
Très bonne intervention afin de veiller à ce que tous nos symboles soient préservés et continus à être vu de la population locale et des touristes qui s’aperçoivent d'eux mêmes que Nantes est bien une ville bretonne.
Drapeau de Nantes : Étant celui qui a relancé et ré-édité ce drapeau début des années 2000, j'aimerais clarifier si la version municipale est vrai ou pas ? Pour le dessiné, je me suis inspiré de celui de la ville (que j'ai toujours connu) et des autres propositions faites par Rafig Tulou et des membres du mouvement breton. Celui de la ville de Nantes municipale est un VRAI drapeau qui a le mérite de porter les hermines bretonnes et rappel que Nantes est une ville portuaire mais les proportions et la disposition n'est pas esthétique suivant les différents fabricants. J'ai préféré une croix noire plaine avec 5 hermines par canton, comme celui du pays de Retz, qui est le schéma le plus visuel et celui qui est plébiscité par les habitants car ce format a été repris pour les autres drapeaux du Pays Nantais : Pays de la Mée, Clissonnais (vignoble), Pays d'Ancenis ...
Il y a aussi les armoiries des Nantes sur les bâtiments 3e république qu'il faut veiller à préserver des «ravalements» de façades, comme à St Nazaire où le chef d'hermine s'est transformé en chef à 5 tours noires ???.

Burban xavier
Dimanche 29 novembre 2020
A l'école publique maternelle rue Alfred Riom ('ancien maire de Nantes) une moulure est existante peinte entièrement en blanc donc peu visible ou lisible , cette moulure en façade représente les armoiries traditionnelles de Nantes , la nef nantaise , les hermines . Si des couleurs reprenant celles des armoiries pouvaient la mettre en valeur pour les écoliers et les parents . Ce serait «'chouette » pour le patrimoine de la ville . La restitution passe par là !

Rafig
Dimanche 29 novembre 2020
Pareil à la poste des Sorinières : un écusson municipal gravé dans le granite où l'on voit bien les différents éléments qui le composent : château, chevron, trèfles et 3 hermines.
Et à St Nazaire, c'est toujours la chasse municipale aux hermines qui est en cours ?

Cartier
Dimanche 29 novembre 2020
Bonjour, - Sur la question de « l'envolée» du Gwen ha Du installé en bas de la Tour Bretagne-
Il était encore présent le 26 mai avec certitude. Son état? Bien abîmé. Par la suite il a disparu. On pouvait penser à un remplacement en cours. Ce n'était pas le cas. Merci à vous de vous en être occupé.
Le seul drapeau breton nantais à croix noire que je connaisse est en place, en permanence, au centre de Nantes : devant le Radisson Blu. Hôtel 4 étoiles ayant succédé à l'ancien Palais de Justice. Y en a-t-il d'autre?

Christian Le Prieur
Dimanche 29 novembre 2020
Tiens De Rugy veut devenir Président des Pays-de-la-Loire rien que ça !!

La Bretagne réunie cela mène à peu prés à tout, sauf à la Bretagne en fait.


Fabien Renaud
Dimanche 29 novembre 2020
Chuuttt, de Rugy veut peut-être exploser les PDL de l'intérieur !

Christian Le Prieur
Dimanche 29 novembre 2020
«Chuuttt, de Rugy veut peut-être exploser les PDL de l'intérieur ! »

D'ailleurs, il essaie d'être le plus discret possible, en ayant effacé le mot Bretagne de son twitter depuis plus d'un an maintenant.


Écrire un commentaire :

Combien font 6 multiplié par 0 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.