Autonomie de la Bretagne : pourquoi ma génération a échoué ?

Chronique publié le 10/09/22 7:04 dans Politique par Philippe Argouarch pour ABP

Suite à une question posée lors d'une réunion unitaire à Carhaix le 27 août dernier, organisée par le groupe Douar ha Frankiz (voir notre article), les anciens ont été interpellés sur les raisons des l'échec de quatre revendications principales qui ont animé cette génération d'après guerre, et qui sont aujourd'hui proposées pour construire une plateforme unitaire à travers tous les partis et toutes les associations. Il 'agit de la reconnaissance du peuple breton, de l'autonomie, de l'officialisation des langues bretonnes et de la réunification

La première partie de cette chronique comporte quelques réponses des anciens ; dans la 2e partie je donne mon humble opinion - étant moi-même de cette génération dite des baby boomers.

Pour Pierre Loquet, un ancien du FLB âgé de 93 ans, «il nous faut revenir aux anciennes méthodes car la France ne comprend que le rapport de force». C'est vrai que la révolte des Bonnets rouges a abouti à la suppression des portiques. Que les plastiquages du FLB ont abouti aux 4 voies et à la Charte culturelle bretonne accordée par le président Giscard d'Estaing. Dans une certaine mesure la régionalisation proposée par le Général de Gaulle en 1969 et reprise 12 ans plus tard par Gaston Defferre, sous la présidence Mitterrand, est aussi une conséquence des actions du FLB.

Pour Yoran Delacour, qui a fondé les éditions Yoran Embanner, la maison d'édition des "peuples oubliés", «il nous faut quand même reconnaître que si les générations précédentes ont créé le drapeau, l'hymne national, l'orthographe standard du breton, les cercles celtiques & les bagadoù, notre bilan n'est pas si négatif puisque notre génération a obtenu le gwenn ha du sur les plaques d'immatriculation des voitures, a pu créer les écoles Diwan, dont dans la foulée les écoles bilingues. Sans oublier la renaissance musicale d'une musique celtique traditionnelle à la suite d'Alan Stivell et d'une floppée de musiciens. La création de nombreux festivals dont le Festival interceltique de Lorient s'inscrit dans cette renaissance culturelle».

Pour Yannig Baron, militant de la langue bretonne et auteur de plusieurs grèves de la faim sur ce sujet, il est évident que nous avons échoué vu ce qu'ont obtenu les Basques, les Corses et même les Alsaciens. De plus nous avons loupé le virage du multilinguisme : «ceux qui nous ont dirigés en Bretagne jusqu'à ce jour en ces domaines ont été incapables de voir l'évolution des besoins de la société qui ne consistent plus seulement à la connaissance du seul breton, mais aussi d'autres langues comme le gallo ou l'anglais. Le bilinguisme c'est le passé et le plurilinguisme le futur. Nos enfants ont besoin de connaître une de leurs langues du coin mais aussi celles de nos deux pays voisins, soit, le français et l'anglais... ou une autre. La région devrait se saisir de la question comme d'autres régions l'ont fait. »

Pour Jean-Pierre Le Mat un insoumis exilé en Irlande, et revenu en Bretagne pour devenir Chef d'entreprise, les raisons principales de cet échec est le clivage droite-gauche « Le mouvement politique d’après-guerre, lui, a été perturbé par le clivage droite-gauche. Les plus idéologisés à gauche, en général les plus bornés, en ont fait un mur entre eux et tous les autres, soupçonnés de nostalgie envers Breiz Atao. Le clivage idéologique cachait mal le clivage sociologique. La gauche bretonne était composée majoritairement de fonctionnaires »(voir notre article). Personne ne peut nier que ce clivage a empêché, à la grande joie des partis politiques hexagonaux, un front politique commun autour de nos principales revendications comme cela s'est fait en Corse.

Pour Christian Guyonvarc'h, un élu UDB au Conseil régional âgé de 58 ans, l'échec est dû à la bourgeoisie bretonne. «La bourgeoisie bretonne est très liée aux milieux financiers et politiques de Paris (les exemples ne manquent pas : Pinault et Chirac, Bolloré...). et concourt directement à maintenir la Bretagne dans une relation de dépendance. C'est évidemment une différence fondamentale avec la situation de la Catalogne, du Pays basque ou de l'Ecosse.» Guyonvarc'h déplore aussi une vision désuète et romantique de la Bretagne chez certains : « il y a au plan politique à la fois chez certains un manque de pragmatisme, mais aussi une vision romantique et désuète de la Bretagne qui empêche de répondre aux attentes de ce qu'est réellement le peuple breton en 2022.»

Pour Jean-Jacques Goasdoué, âgé de 77 ans, le dernier survivant des fondateurs de la Brittany Ferries, «nous avons réussi économiquement car nous nous sommes appuyés sur la tradition entrepreneuriale bretonne issue du monde paysan, nous avons réussi culturellement car nous avons renoué avec notre identité culturelle et ses traditions, mais nous avons échoué politiquement car nous n'avons pas su ancrer la politique dans l'histoire de la Bretagne.» Il pense que l'enseignement de l'Histoire de la Bretagne doit être la première revendication. Contrairement à ce qu'explique Djohar Le Clec'h-Sidhoum de Douar ha Frankiz, qui pense qu'une fois des institutions d'autonomie acquises, l'enseignement de l'histoire en découlera, Goasdoué pense que les deux sont liés car sans un mouvement politique fort on n'aura pas ces institutions autonomes et sans l'enseignement de l'histoire on aura pas de mouvement politique suffisamment fort.

Mon humble opinion

La violence n'est pas forcement la réponse, l'engagement politique si. L'engagement personnel si. Sacrifier quelque chose de son confort matériel, de son futur professionnel, c'est ça l'engagement personnel et c'est ce qui rend sérieux tout engagement politique. Cela n'a rien à voir avec les "mordillements" en bordure, émis par les élus.

Ma génération a t-elle trop cru au collectif, influencée par les mouvements sociaux dont la France est championne ? Oui, ma génération a cru qu'il fallait être beaucoup pour gagner. Elle a trop cru à la règle de la majorité croyant que tant que les autonomistes ou indépendantistes n'étaient pas majoritaires, rien n'était possible. Cette règle ne peut s'appliquer ici puisque les minorités nationales sont par définition des minorités politiques.

L'histoire du monde nous montre tout le contraire. Les bouleversements ne sont toujours faits par des majorités mais souvent par des minorités actives et activistes, des hommes et des femmes qui mettent leur vie ou leur futur dans la balance. L'indépendance des Etats-Unis a été réalisée par seulement 3000 rebelles. Je crois que les insurgés de Dublin en 1917 n'étaient que 300. En 1940, les gaullistes étaient un groupe minuscule dont d'ailleurs une grande partie venait de Douarnenez, du Cap Sizun et du Pays Bigouden et pas uniquement de l'île de Sein comme c'est souvent écrit.

L'histoire est faite par des individus et non par de vagues collectifs ou "mouvements associatifs" plombés de réunions à n'en plus finir où chacun s'écoute parler, ou par des manifestations pour se compter. Les manifestations pour la réunification à Nantes ne servent absolument à rien. Il y en a eu une avec 40 000 personnes qui n'a même pas été rapportée par les médias nationaux. Une télé locale, Télénantes qui dépendait du groupe Ouest-France n'en n'avait même pas parlé lors du JT du soir. Les seules manifestations qui ont compté dans l'histoire sont celles qui rassemblaient au moins un demi-million de personnes comme celle en soutien à de Gaulle en juin 1969 ou celle de Dresden en 1989 avec un demi-million d'Allemands contre le gouvernement de la RDA. A la limite 100 000 personnes comme à Plogoff.

Le musicien breton Alan Stivell, à lui tout seul, non seulement a fait renaître la harpe celtique, mais a fait ressortir des oubliettes la musique bretonne. Il l'a fait connaître au monde entier. Le député gallois Gwynfor Evans a obtenu une télévision galloise en gallois à lui tout seul - grâce à une grève de la faim. La chaîne S4C est financée aujourd'hui à hauteur de 100 millions de livres par la BBC et par le gouvernement britannique. N'oublions jamais que le prix Nobel de la paix, le physicien russe Andrei Sakharov, aussi à lui tout seul, a fait reculer le régime soviétique pour la première fois en 1986 via une grève de la faim.

Pourquoi ne pas s'inspirer des écologistes californiens ? Deux ou trois douzaines de défenseurs de la biodiversité ont stoppé l'abattage des séquoias géants, les redwoods, en vivant sur des plateformes, dans la canopée, oui en haut des arbres. C'était dans les années 1990. Une militante a même vécu 738 jours en haut d'un séquoia. On lui envoyait de la nourriture dans un panier avec une corde. Quand les bûcherons sont arrivés pour couper cet arbre vieux de 1500 ans, toutes les télévisions du monde étaient là pour voir s'ils oseraient.

Cette notion d'engagement personnel est pourtant à la fois une valeur issue du christianisme dont nous avons hérité, et du druidisme qui l'a précédé, y compris le shamanisme qui l'a précédé pendant 25000 ans. Les Chrétiens, comme avant eux les païens, comprennent la notion de sacrifice. Donner quelque chose pour obtenir plus selon le grand principe universel : Tu récolteras ce que tu as semé, everything turns, turns turns, c'est la loi universelle du boomerang que les orientaux appellent "loi karmique".

Même les milliers de départs, les milliers d'expatriations de Bretonnes et de Bretons vers le monde entier sont des engagements qui comptent. Voter avec ses pieds, c'est aussi un engagement. Des refus qui font bouger les lignes avec le temps.

Les créateurs, écrivains, poètes et musiciens font aussi bouger les lignes car chaque acte créatif individuel est une graine plantée dans les coeurs.

Donc la Bretagne n'obtiendra rien politiquement sans de nouveaux sacrifices personnels d'un minimum d'individus. Je ne crois pas qu'elle bénéficiera de la lutte des autres, des Corses ou des Calédoniens, encore moins de l'action de l'Europe comme le pense Gilles Martin Chauffier. On n'a rien sans rien. Il s'agit de volonté politique et de concentration sur le plus important. Comme l'a dit une fois l'avocat Me Yann Choucq "le problème des militants bretons est qu'ils ont presque tous deux casquettes : la Bretagne et l'écologie, la Bretagne et la gauche, la Bretagne et la droite, la Bretagne et la chasse, la Bretagne et n'importe quoi d'autre...»

La nouvelle génération a une carte à jouer car les jeunes n'ont pas encore de famille et sont beaucoup plus libres que les anciens. Le drame breton c'est que trop peu de jeunes à 20 ou 25 ans sortent indemnes de la matrice de l'éducation nationale et médiatique française : ils subissent un immense bourrage de crâne en faveur de l'idée France et de la république universelle pour tous. Ils ne connaissent pas l'histoire de la Bretagne, de leur pays. 15 ans plus tard, quand ils ont compris qu'ils appartenaient à une autre nation, la nation bretonne, il est bien souvent trop tard car les impératifs ont changé : il faut alors élever les enfants, les nourrir, voire payer la maison.

Si l'histoire est faite par les jeunes, elle ne pourra être faite que par des jeunes qui connaissent l'Histoire de leur pays.


Vos commentaires :
pierre daniel
Lundi 3 octobre 2022
demat
pourquoi vous oubliez toujours de mettre au coeur de l'échec et de le nommer, le monstre jacobin . c'est le responsable de nos échecs,tous les autres pays ont évolués vers la démocratie sauf la france . La France n'accordera jamais la moindre liberté a un de ses composants a moins d'etre forcé . La violence est a exclure bien évidemment . mais une action comme lors du dernier match du fcn abolit la propagande ligérienne .
Aujourd'hui grace aux actions menées depuis des décennies dans les instances internationales et les condamnations de la France la situation de la Bretagne est connue des pays étrangers et sa lutte reconnue comme légitime .
Le jacobinisme est en très mauvaise posture mais;n'acceptera pas de disparaitre sans encore des actes ignobles .
La lutte pacifique est la bonne voie ;longe ,difficile;mais nous ne manquons pas d'alliés a l'étranger .
Nous ne plantons pas un arbre pour nous mais pour les générations futures . Nous nous battons aujourd'hui dans le meme esprit et si nous ne voyons pas de notre vivant l'aboutissement de nos luttes; soyons certain que les générations futures sauront elles seront libres .
A galon bevet Breizh
4
Awel an treac'h
Lundi 3 octobre 2022
On idéalise la corse une fois de plus sans prendre en compte le taux de fécondité catastrophique des corses, là où les bretons font partie des plus féconds d'europe. Même si ces derniers sont tjs en dessous du seuil de renouvellement de la population. Les enfants, c'est l'avenir, les corses vont se faire submerger à l'avenir. Les gallois peinent aussi à se renouveler. Le salut de la culture bretonne se fera par une jeunesse nombreuse et éduquée par nos écoles, à l'utilisation des nouveaux moyens de communication comme véhicules de notre patrimoine linguistique, par l'occupation de postes décisionnels, de métiers hauts placés.
4
Alter Écho & Ego machin
Lundi 3 octobre 2022
Tout d’abord Philippe, c’est une bonne synthèse d’une grande partie des commentaires qui ont été « publiés » ici, sur ABP depuis que tu as autorisé les commentaires.

Personne ne peut échouer, s’il n’a pas tenté, et qui sommes-nous pour en juger sans connaître les Bretons leurs parcours, leurs idées et leur histoire? Quels sont nos parcours ? Individuellement et collectivement ? Puisque j’appartiens à l’une de ces trois générations des années 40 à 70 et jusqu’à aujourd’hui en âge de porter LA responsabilité que d’autres leur attribue, que l’on voudrait peut-être faire porter à tous les Bretons de ces époques et de cette dissolution organisée, et des précédentes, je peux peut être en dire deux mots …? Succinctement, ce que j’en pense.

Je compare par ce que j’ai vécu, vu et interprété et ressenti dans ces temps, ces époques.
Nous n’avons plus de liens bretons, ils sont de plus en plus distendus, impersonnels, plus de signes de reconnaissance entre communautés de Bretons et les seuls souvenirs incertains un peu partagés,partiels et partiaux, politisés parfois n’en sont pas vraiment lorsque qu’ils ne sont plus que les souvenirs de disparus retransmis. Racines sans fruits quand le tronc est mort !

Et s’il en est qui ont tenté de « faire quelque chose » pour leur pays, en étant prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes, je pense en avoir fais partie durant une période de grande naïveté, qui fut courte, très courte ! Elle a, cette naïve faiblesse, commencé sérieusement à s’effilocher rapidement un an et demi après avoir adhéré à l’UDB dès la mi 74, si ma mémoire est bonne sur cette erreur, d’un vrai naïf ! Si Douar ha Frankiz, fonctionne sur les mêmes fondements théoriques, « patriotiques », ou à peu près, cela devrait être du même acabit ? Il faudrait combien d’année pour en avoir les preuves ? Pour et dans combien de temps ?

Mais dans les mois qui ont suivi, j’ai pris conscience que, le fonctionnement et la pensée politique de l’UDB dupliqués sur celui d’un PS, PC, et des robespierristes P.socialistes, et autres groupuscules comme le PSU, ont été des choix politiques étonnants qui me sont apparus très vite comme sans avenir, loin de ce que j’entendais pour les Bretons et la BRETAGNE ! Déjà fait d’une volonté et au choix de très large autonomie, indépendance qui me paraissaient (et toujours aujourd’hui), comme seules capables de pouvoir globalement régénérer notre Pays!

Il faut surtout vous dire, qu’avant cette adhésion j’avais une vie, je ne sortais pas du tout frais émoulu, d’un lycée, ou d’une université « bretonne » ou parisienne, ou d’une École Normale pour instituteurs (IUFM ), ou d’un syndicat, ou d’une fonction quelconque de fonctionnaire français. Non, non ! Après une année rude à l’école d’Apprentissage Maritime d’Audierne en 1957, à la fin de l’été 1958, (après avoir, en juin, gagné le titre de champion de Bretagne de baskett avec l’USL Douarnenez contre l’Aurore de Vitré, à Rennes), à 15 ans donc, avec un CEP de l’École Publique Victor Hugo à Douarnenez (ou je vis et ai toujours vécu), sans aucun métier mais avec mon Certificat d’Apprenti Marin en poche, j’embarquais comme « mousse » à Rotterdam , à seize ans l’on devenait « novice ». Même pour prendre le train à la gare de Douarnenez-Tréboul, (en tu all d’ar pont), qui existait encore, ni maman ni papa ne m’accompagnaient. Ma valise déjà je la trimballais seul ! Les seize années qui ont suivi furent un long embarquement autour de cette planète, sur la plupart des mers et océans, et chacun des ces navires, qu’ils soient cargos, pétroliers, minéraliers, furent pour moi comme une sorte de monastère, chacune de ces bibliothèques fut pour moi une caverne d’Ali Baba plus ou moins riche, où se firent bien des découvertes !... Si ces navires au long très long cours parfois, aux équipages composés de 60 à 80 pour cent de Bretons, souvent m’ont ouvert aux voyages jamais de vacance, et bien d’autres horizons plus intérieurs, les chalutiers, thoniers senneurs ou canneurs furent ceux qui ont été une autre part de pouvoir mieux appréhendés les mers, et les travails d’une autre communauté de Bretons, que d’ailleurs j’avais reçue au berceau si j’ose dire. Ces flottes ont bien maigri, et les Bretons n’y plus marins, ou très peu !

Ce petit monde « militant », des années 60/70/80 pseudo intellectuel, idéologique et brassant des concepts, des modèles et un militantisme qui plongeaient dans les F.Fanon, les L.Senghor, et toute la kyrielle de révolutionnaires (?) du type Guevara, Mandela, et autres en peu de temps je ne l’ai pas perçu capable, ni le désir farouche, ni en mesure d’inspirer le respect pour le pays, ni du tout comme libérateur de la BRETAGNE !
Dès 78/79 j’ai exprimé mes convictions négatives concernant « l’alliance » avec cette Union de la Gauche française qui, me référant à l’Histoire justement et à mes lectures, que de Paris, de France rien de bon pour la BRETAGNE ne pouvait, ne pourrait venir ! Nous sommes en Septembre 2022, et ?...

Je suis né le 16 Janvier 1943; bien des choses se sont passées en BRETAGNE, beaucoup à dire, et rien de bon n’est venu de Paris, de France ! Bien au contraire de ces générations globalement endormies et /ou inefficaces voire pires, je ne me reconnais dans aucun de leurs choix et concepts politiques qui ont tous eu un point commun en dehors de l’absence de saveur : la stérilité et son corollaire « civilisationnel » qu’est la régression régulière, inexorable. Mais comme tout le reste de l’Histoire de BRETAGNE je les subis et comme Breton hautement revendiqué, je prends le droit de les juger comme des Bretons dignes ou pas !
Mais dans mes/ces générations, les fautifs et les désignés malfaisants n’étaient pas tous du mauvais côté de l’Histoire, et ceux qui étaient et sont toujours du mauvais bon côté sont bien, de loin les plus nombreux et portent la réalité malheureuse de la BRETAGNE et du sort fait aux BRETONS, dans le temps long qui continue de mal filer l’Histoire du Pays !

Si la violence (quels niveaux ?), n’est pas la solution, la « fermeté dans une attitude de désobéissance civile » l’est ! Légitimement face à l’autoritarisme soft Français, qui se légitime lui-même, et se légalise, qui ainsi se déploie et s’exerce sous les faisceaux de lois destructrices et déstructurantes, dont se servent tous les Présidents de Droit Divan (Divan= Conseil du Sultan). Contre ce droit divan, exprimer le nôtre, utiliser cette désobéissance civile, mais en force, pas seul ou à quelques uns !

4
Padrig Montauzier
Lundi 3 octobre 2022
Je suis agréablement surpris de l’intervention de Philippe Argouarc’h, intervention mesurée, précise … une véritable ode à la « résistance passive ».
Il n’est pas dans mon intention d’intervenir longuement mais faire néanmoins une précision, non négligeable, relative à ce long combat de libération nationale et d’émancipation du peuple breton :
« Sans les actions clandestines du F L B (Front de Libération de la Bretagne), que certains ont constamment sali et condamné (ils se reconnaîtront), les écoles Diwan existeraient-elles aujourd’hui ? De même la Charte culturelle aurait-elle vu le jour ? (Charte qui, pour l’anecdote, a été négociée entre le gouvernement français de Giscard d’Estaing et des militants bretons sympathisants du FLB)…
Pour ce qui me concerne, dans ce combat pour la défense des libertés bretonnes, ces libertés qui m’ont fait être condamné une première fois à 15 années de réclusion criminelle, puis lors d’un second procès à 15 autres années… ce sacrifice pour mon peuple je ne le regrette absolument pas ».
Si nous n’avons pas totalement réussi, on ne peut pas dire non plus que nous avons échoué !
A wir galon d’an holl
Padrig MONTAUZIER.
6
jakez Lhéritier de St Nazer de Bretagne
Lundi 3 octobre 2022
Je suis étonné de certaines affirmations de certains camarades de combats bretons,et autres.
Il y a des analyses exactes mais d'autres erronées ou restées sous silence.
J'ai fait parti de beaucoup d'actions bretonnes syndicales,politiques écologiques et suis un témoin des années 1958 à aujourd'hui sur St Nazer ,en Bretagne et ailleurs.
j'aurais préféré que certains s'autocritiquent sur les erreurs de leurs décisions,moi même cela m'est arrivé.
Le rôle de certaines organisations et de certains,n'a pas été rappelé dans les echecs.
Je l'ai écrit pour mon livre post mortem.

Il y a eu des acquits mais bien loin de ce que ce que pourquoi l'on s'est engagé au détriment de nos vies financières.
Heureusement ma vie familiale n'en a pas été affectée

Nos échanges sont méconnues de 99% au moins de la population bretonne...donc je préconise que l'on organise une tournée de mise à plat et de propositions d'actions communes plutôt que de revenir sur des histoires erronées

5
Rafig
Lundi 3 octobre 2022
@Per Loquet : «revenir aux anciennes méthodes ... la force»
NON ! de tous les luttes menées par des peuples pour se libérer ou améliorer leurs sorts, de très loin, les luttes pacifiques et démocratiques sont les plus efficaces. Au «jeu» de la force et de la violence la république française a tous les moyens pour nous brutaliser et nous faire payer lourdement nos «actions armées».
Notre problème, c'est la France qui n'évolue pas depuis la Révolution (comme l’Église de Rome qui ne se réforme pas).
La seule faute de bretons c'est de ne pas se considérer en Résistance pour sauver ce qui nous reste de breton.
Être breton en 2022, c'est être un résistant (mental) et agir intelligemment contre tout ce qui empêche la Bretagne d'être libre, en France, en Europe et dans le monde.
1
KLG
Lundi 3 octobre 2022
«On idéalise la corse une fois de plus sans prendre en compte le taux de fécondité catastrophique des corses, là où les bretons font partie des plus féconds d'europe. Même si ces derniers sont tjs en dessous du seuil de renouvellement de la population. »

La Corse a une tendance démographique italienne classique. Cela montre en fait surtout qu'ils ne sont pas envahis comme nous.
Nous c'est une explosion démographique de deux départements à l'Est, dont l'un n'est même pas en Bretagne officiellement. Et cette natalité est peu bretonne en réalité. Contrairement aux corses, nous n'arrivons pas à assimiler. Il y a beaucoup de corses de langue et d'accents qui ont des origines ailleurs pourtant. Nous à Rennes et à Nantes nous avons des gens qui sont bien pires que les parisiens. Anti-bretons au possible, quasi racistes.

0
Anne Merrien
Lundi 3 octobre 2022
Les problèmes bretons ne viennent pas que de Paris. Ils sont internes à la Bretagne. On a l'impression qu'on ne veut pas faire de vagues... Quelles sont ces communes qui refusaient de payer le forfait scolaire aux écoles Diwan ? Mystère. Pourquoi telle commune ne présente pas de panneaux Breizh 5/5 comme la commune voisine ? On se garde bien de l'ennuyer avec ça. Même chose pour les communes qui n'ont pas de plaques de rue bilingues, comme Morlaix. Les communes ont beaucoup de pouvoir, mais on les laisse tranquilles. La manif à Telgruc était une exception.
6
Kristof Bach-Bourdelier
Lundi 3 octobre 2022
Merci a vous tou.te.s pour cet initiative - Merci a Per Loquet pour 'Evezh Breizh/Vigi Bretagne' - Bien d'accord en ce qui me concerne avec Yannig Baron ~plurilinguisme > Car non, les Breton.ne.s n'ont pas pour seule langue vernaculaire (que) le Breton -meme s'il convient de reconnaitre que c'est un des plus beaux tresors du peuple Breton- dit 'Celtique' ; il existe aussi un Breton dit 'Roman' auquel on donne souvent le nom de 'Gallo' et qui regroupe les parlers d'Oil vernaculaires Bretons (Poitevin excepte en raison de l'histoire des terres situees de l'autre cote de l'eau) sans oublier le Poitevin, justement - Quand a l'enseignement de l'Anglais aux cotes des langues vernaculaires de Bretagne, c'est une bonne idee (a mon avis) - Mat (le) ~clivage : Probablement, oui - Guyonvarc'h ~bourgeoisie : Qu'est devenu le 'Club des 30' ? < Voir le site > ~pragmatisme : Oui - Dommage que 'A la Bretonne' et/ou le 'Breizh Civic Lab' -par exemple- ne soient pas present.e.s sur invitation d'elu.e.s du CRB4 ou du CD44 - Je pense qu'ils et elles ont une demarche interessante - Goasdoue ~ancrer : Il faudrait pour ca que l'histoire/les histoires de Bretagne soient enseignees en classe (cf. opinion de Argouarc'h) - Merrien ~vagues : Originaire du Nantais et du Retz, je suis bien d'accord avec vous - Je suis bien desole de voir que seules ... 5 (sur 207 !!! - sans parler des communes du territoire Breton -Nantais et Retz- situees hors de Loire-Atlantique + hors B4) communes seulement avec des panneaux 'Breizh 5/5', c'est bien triste - Mais justement - Peut-etre faudrait-il envisager un autre nom pour la Bretagne du Levant qui sonne plus 'couleur locale' ? Bertegn 5/5, par exemple ?
0
Yann L...
Lundi 3 octobre 2022
Merci pour cet excellent article. La presse nationale ne rapporte pas les évènements de Bretagne. Cela ne date pas d'hier. En 1975, la «manif» pour l'unité avait réuni 5000 personnes à Nantes. «Le Monde» y a fait allusion dans un entrefilet en 6ème page 3 ou 4 jours après. Le même jour 30 Arméniens défilaient à Paris. Ils faisaient la «une» du journal le lendemain. Même chose pour la grande tempête de 1987 couverte par un seul journal national «Le Parisien libéré», je crois. Or, selon Jean-Louis SERVAN SCHREIBER «un évènement que la presse ne rapporte pas n'a, tout simplement, pas existé» (Le Pouvoir d'Informer).
A l'inverse, les «manifs» pour l'enseignement immersif semblent avoir fait reculer le pouvoir.
Il est urgent, me semble-t-il, de réfléchir à la manière de nous faire entendre des médias.
3
Gilles Denigot
Lundi 3 octobre 2022
Demat
J'aurais aimé être informé, convié à cette réunion de Carhaix. Mes actions syndicales et politiques sont moindres que ces « grands témoins». Elles sont néanmoins plurielles et toujours libres.

La comparaison énoncée avec les autres ne pousse pas à celle des modes d'actions, de la structuration du paysage politique au sens « engagement».
Le schéma et le chemin pris par nos amis Corses, Basques ou Alsaciens sont peut-être sensiblement différents.

N'oublions pas la façade maritime, la façade portuaire qui sont des richesses inexploitées au détriment des Bretons.
Un chantier aussi inexploré que la politique maritime et portuaire de la France véritable nain européen.

Merci à vous de vos contributions.

A galon
Gilles Denigot ex syndicaliste et secrétaire général des dockers pendant 25 ans ( CGT puis CNTPA-CFDT )

1
Burban xavier
Lundi 3 octobre 2022
«L'histoire ( à écrire ) est une affaire de minorité » Lénine en 1913 , c'est ce qui nous arrive dans les faits .

Nous devons construire patiemment pour devenir libres ...Point besoin de violences !

Des évènements peuvent advenir qui favorisent le terreau existant , il faut être lucide mais aussi affirmer la justesse de notre combat pour la Liberté ...

Le monde a changé , la Bretagne aussi et le mouvement est permanent car c'est la vie , il nous faut envisager l'avenir avec enthousiasme dans nos esprits et retenir ce qui est bon et le développer : Diwan , Div Yezh , Askell , toutes les organisations culturelles , historiques ...

La politique ne résoudra pas les problèmes locaux ...çà se saurait si la politique apportait des solutions réelles « c'est à dire qu'il y a des choses qui dépendent d'elle très peu et beaucoup d'autres pas » c'est ainsi ! Quant aux nouveaux venus , ils s'installent pour les paysages , la mer , le travail ou vivre une retraite paisible ... Nul ne sait s'ils se sentent Breton il n'y a pas d'avis généralisé là-dessus « beaucoup d''indifférence et d'ignorance sans doute» ... Difficile d'avoir un avis tranché pour ce qui concerne le sujet ... J'en sais rien ...

Ce qui est frappant selon mon avis , c'est que la Bretagne ne laisse pas indifférente , elle est souvent enviée en France ...

Ayons confiance en Nous au - delà des différences ! «Ce que nous pensons en résumé nous le deviendrons » à savoir si nous pensons juste et bien le reste suivra ... si nous pensons le contraire également !

Alors cultivons le bien , le bon ! Nous récolterons ce que nous aurons semé !

Yaus omp !

Xavier

1
Alain E. VALLÉE
Lundi 3 octobre 2022
C'est l'échec de la France girondine divisé face à l'ultra-jacobinisme uni.
Ce n'est pas une affaire de génération mais d'idéologie dominante dans la politique, les médias, à l'école, ... Et c'est d'autant plus vrai qu'en Bretagne même, le pouvoir fut, est et est resté aux mains de vrais centralisateurs, le plus souvent masqués au moment des élections, mais généralement serviles et servant et reservant la soupe à tous les gouvernements hexagonaux.
Il n'y a pas de fatalité à ce que la France soit et reste le seul pays en Europe sans autonomies avec des moyens juridiques et fiscaux pour servir des droits et pouvoirs décentralisés impératifs et exclusifs, sans co-financements.
Sont de vrais coupables, ceux dans les partis et les partis eux-mêmes, qui se présentèrent comme de vrais décentralisateurs, qui dans la période récente furent majoritaires à la fois pour contrôler le pouvoir Législatif (Sénat et Assemblée Nationale) et l'Exécutif (Présidence et Premier Ministre). Ceux-là sont sans excuses car leur trahison est certaine ! Lorsque l'on a été élu selon le principe : «Vivra et travailler au pays ! », ce n'est pas pour délibérément faire l'inverse !
Le plus décisif serait qu'enfin, le Mouvement breton s'unisse dans ses différences lors des prochaines élections (on ne cesse de la répéter ! ) et qu'en cas de probable désaccord sur l'ordre des candidatures dans les listes, chacun en principe comme preuve de sa sincérité, demande et accepte de bon gré et sans exclusive, le tirage au sort.
Sinon, oui ce sera foutu pour longtemps et les responsabilités historiques d'une génération seront patentes.
AV
0
Yann L...
Lundi 3 octobre 2022
L'unité de liste entre les différentes organisations du mouvement breton me semble un objectif difficile à atteindre compte tenu des divergences idéologiques entre ses composantes. Cependant, cette unité de liste n'est importante qu'aux régionales. Pour les élections municipales, départementales et législatives un accord de non concurrence (ne pas présenter de candidats les uns contres les autres) suffirait. Or, le bon sens devrait conduire toutes les organisations à comprendre que, sur ce point, l'intérêt général coïncide avec leur intérêt particulier.
2

Écrire un commentaire :

Combien font 6 multiplié par 2 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées. LES COMMENTAIRES ÉCRITS DANS UNE LANGUE AUTRE QUE CELLE DE L'ARTICLE NE SERONT PAS MIS EN LIGNE.