Accord CETA, l'heure des explications pour les députés

Reportage publié le 7/11/19 14:22 dans Politique par Olivier DELAGARDE pour TV QUIBERON-LA BAIE

Jimmy PAHUN, Député de la 2ème circonscription du Morbihan, s'explique sur son vote en faveur du CETA.

Souvenez-vous du CETA, cet accord commercial entre l’Union Européenne et le Canada largement voté et ratifié par la majorité gouvernementale au Parlement, celui-là même qui a levé de nombreux boucliers d’inquiétudes et de défiances.

Comme à engagement de campagne, le député de la 2ème circonscription du Morbihan Jimmy PAHUN a organisé ce mercredi soir une réunion publique afin d’expliquer, voire de justifier, son vote en faveur de cet accord qui a fait grincer quelques mâchoires dans sa circonscription en son temps.

Mais rapidement place était donnée à son homologue le député du Bas-Rhin Sylvain WASERMAN, également vice-président de l’Assemblée nationale, à des fins de pédagogie sur l’histoire même de cet accord, plus que d’un débat politique.

Et rapidement, les contradictions n’ont pas manqué de naître, sur fond d’inquiétudes et comme un arrière-goût de protectionnisme à la française. Car qu’on le veuille ou non, ce choix de ratification marque bien une volonté et un choix hautement politiques non sans conséquences.

Un reportage en images d’Olivier Delagarde ■


Vos commentaires :
Hugo
Mercredi 20 novembre 2019
Pour une fois qu'on a un député honnête et transparent, c'est pour nous avouer qu'il ne connait pas ses dossiers et qu'il n'a pas d'avis. Dommage que les gilets jaunes n'ont pas expérimenté le "libre-échange" avec lui.

Qu'une telle ignorance soit possible en dit long sur l'état pitoyable de notre démocratie. Pas étonnant que dans ces conditions, la France et la Bretagne soient entièrement conquises par l'Empire financier américain.


Écrire un commentaire :

Combien font 0 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.