Football, FC Nantes : quand le stade des jaunes et verts devient aussi celui du blanc et noir

Reportage publié le 26/09/19 19:45 dans Sport par Didier Lefebvre pour ABP

Cette seule photo illustre combien la ferveur populaire des supporters du FC Nantes penche du côté breton.
À l’initiative du Comité Bro Gozh, voir plus bas l’interview de son président Jacques-Yves Le Touze, et orchestré localement par l’Agence culturelle bretonne (ACB44), des Gwenn ha du ont été distribués en très grand nombre par quelques-uns de ses administrateurs, des membres du dit Comité, et épaulés par d’autres militants venus individuellement dans l’enceinte même du parc de la Beaujoire, pour le derby contre Rennes.
De nombreux supporters ont ainsi agité le drapeau breton (voir photo en tribune Erdre), le cop, appelé aussi Tribune Loire proposant une vidéo remarquable (voir en tête d'article).

Paroles de supporters, totalement anonymes
- On est tous Bretons
- Il y a le 44 dans les bandes noires du Gwenn ha du
- Regarde, il y a une hermine sur le logo (voir photo)
- On n’est pas Bretons, c’est à cause des Vendéens
- Tiens, c’est la région Bretagne qui paye les drapeaux !
- Continuez votre lobbying !
- On n’est pas en Bretagne, on est en Loire-Atlantique (?!?)
- Et le Château ?
- Il n’y a pas une histoire de charte qui n’aurait pas été signée ?
- Si, elle est signée : regarde les noms de rue en breton dans le centre de Nantes

Que du bonheur !

Un résultat, ce derby se termine par une victoire nantaise 1 à 0 face à Rennes, ce qui n’était pas arrivé depuis des lustres à la Beaujoire.

Interview de Jacques-Yves Le Touze, président du Comité Bro Gozh

[ABP]- JYLT, bonjour, tu es responsable du Comité Bro Gozh, peux-tu me dire un mot sur ce comité
[JYLT]- Le Comité Bro Gozh ma Zadoù est une association fondée par Kanomp Breizh, Bretagne – Pays de Galles et l'Institut Culturel de Bretagne et qui a pour mission de diffuser et de promouvoir l'hymne national breton, Bro Gozh ma Zadoù. Pour ce faire, le Comité Bro Gozh ma Zadoù organise des manifestations en coordonnant les différents ensembles musicaux qui ont cet hymne à leur répertoire, notamment les chorales, les bagadoù et les orchestres.
Le Bro Gozh ma Zadoù est aujourd'hui de plus en plus connu par les Bretons, grâce notamment aux manifestations sportives. Souvent interprété par les chorales bretonnes qui sont très actives, l'hymne national breton n'est pas aussi systématiquement utilisé, comme chez nos voisins gallois, où il fait partie intégrante du protocole. Le Comité Bro Gozh ma Zadoù coordonne des actions permettant de mieux le faire connaître et de le faire interpréter lors des grandes manifestations bretonnes.

[ABP]- Le Comité est de plus en plus présent sur la scène sportive. En 2017, le RC Vannes [rugby proD2, ndla] a reçu le prix BG pour son engagement sans faille, dont l'hymne chanté et paroles diffusées. Puis vous avez fait signer une charte à tous les clubs professionnels de Bretagne Peux-tu dire la genèse de cette action, et compléter mes dires, si il le faut ?
[JYLT]- Le Comité a aussi remis il y a quelques années le Prix Bro Gozh au Stade Rennais ainsi que le Trophée Bro Gozh cette année à l'UJAP, le club de basket de Quimper. L'exemple du pays de Galles nous motive à proposer diverses actions dans le monde sportif. En janvier, nous avons rencontré le Stade Brestois et de la discussion est née l'idée d'un protocole commun  aux cinq clubs professionnels de football de Bretagne. C'est ainsi qu'une charte a été rédigée durant le printemps entre les différents clubs ainsi qu'avec des partenaires comme la Région Bretagne, Sonerion, Produit en Bretagne et La Nuit des Étoiles. Cette charte propose un protocole commun lors des derbys bretons avec différents éléments: présence d'un bagad, animations, le plus grand drapeau du monde, distribution de drapeaux bretons, interprétation du Bro Gozh. Des 5 clubs bretons, quatre l'ont déjà signée et le FC Nantes devrait le faire dans les mois qui viennent sachant que la situation administrative particulière de la Loire-Atlantique complique les choses.  Mais globalement, ça avance.
[ABP]- La Loire-Atlantique en Bretagne, aucun doute pour le Comité Bro Gozh. Mais pour les supporters des Canaris ? et plus généralement pour les habitants du département ?
[JYLT]- Il suffit de regarder la vidéo diffusée hier par les supporters de la Tribune Loire au stade de la Beaujoire pour comprendre que la réponse est claire Nantes, c'est la Bretagne ; ceci dit, comme l'écrivait hier un journaliste de Ouest-France Nantes, il est évident qu'un gros bloc de la population de Loire-Atlantique est très attaché à la Bretagne, qu'une importante minorité ne s'intéresse pas à la question et qu'une petite minorité y est opposée. Comme le disait toujours ce journaliste, il est plus que temps que cette question soit résolue et qu'elle arrête de polluer toutes les initiatives comme nous avons pu nous en rendre compte lors de la signature de la Charte des Derbys bretons. 
[ABP]- Des projets dans les cartons du Comité Bro Gozh ?
[JYLT]- Consolider la Charte des Derbys bretons, fêter nos 10 ans l'année prochaine, sortie d'un CD, etc. etc. Et inviter tous ceux qui trouvent intéressantes nos initiatives à rejoindre le Comité.

voir aussi ces trois articles sur (outre tout ceux qui citent le mot derby
)

article OF N1 Voir le site
article OF N2 Voir le site
article OF N3 Voir le site


Vos commentaires :
Burban xavier
Vendredi 18 octobre 2019
Quel camouflet pour les élu(e)s qui ne cessent de nier la réalité bretonne de la Loire-Atlantique !
Oui, la Loire-Atlantique est bretonne , la population le sait et porte la Bretagne dans son coeur en pays Nantais et dans les Marches de Bretagne !

En alimentant la désinformation , en faisant une publicité couteuse et honteuse pour les pays de la Loire , les élu(e)s se coupent du peuple , facheuse habitude qui apporte du crédit supplémentaire à la réunification de la Bretagne à venir !

La coterie politique soutient une région à laquelle la population n'adhère plus depuis quelques décennies . Cela nous renforce dans notre combat politique et associatif pour la réunification de la Bretagne et élargira les revendications à d'autres domaines , car les nouveaux médias qui échappent au controle , libèrent la parole mais surtout la connaissance de la Bretagne , de sa culture et de ses langues : le breton et le gallo, de son histoire et de sa géographie humaine . La métropolisation est contraire à l'humanisation d'une société car repliée sur un territoire restreint et aux problèmes complexes ( hausse des loyers , transports difficiles , pollutions , surpopulation ect .... Nous avons des raisons d'espérer car le sentiment de rester Breton(ne)s est réel en dépit des manoeuvres des notables établi(e)s , rien n'est figé , la culture c'est le mouvement et l'innovation !

Le renouveau culturel et l'émancipation viendront des villes car les populations ont besoin de sens dans leur vie . La Bretagne fait sens car elle est un repère depuis 1000 ans malgré les vicissitudes !
Betek an trec'h !


André Gilbert
Vendredi 18 octobre 2019
le nombre important de Gwenn ha Du dans la tribune Loire devrait être encouragé, ainsi que les chants ici c'est la Bretagne , cette image montre l'attachement de Nantes à la Bretagne
et si cette tribune était entièrement recouverte d'un immense GHD ou une carte géante B5
ceux ci pourraient être confectionnés avec des cartons de petite taille car je doute que les "vigiles" du stade laisseraient rentrer un GHD géant , faisons confiance aux supporters
et si , dans les autres stades participants aux derbys bretons on affichait systématiquement au moment des festivités ,les noms des clubs bretons , y compris et surtout Nantes , il y aurait une
une meilleure lisibilité pour cette action

Didier Lefebvre
Vendredi 18 octobre 2019
@ André Gilbert
Je transmets la 1re suggestion à la Tribune Loire,
et la 2nde au Comité Bro Gozh
Merci à vous

Écrire un commentaire :

Combien font 4 multiplié par 9 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.