Les "Chroniques rennaises", publiées chez Apogée, toujours en librairie

Communiqué de presse publié le 9/05/19 18:34 dans Politique par Nathalie RICHARD pour Éditions Apogée

Couverture de

Récemment a paru aux Éditions Apogée l'ouvrage "Chroniques rennaises. 2008-2014 : le mandat de Daniel Delaveau" de Dominique Le Tallec, directeur de cabinet de l'élu rennais.
Toujours disponible en librairie.

Résumé : Daniel Delaveau est élu maire de Rennes le 21 mars 2008. Fidèle à l’héritage d’Edmond Hervé et aux valeurs de solidarité, il apportera sa détermination dans la poursuite de la « métamorphose de Rennes ». Couvent des Jacobins, EuroRennes, rénovation du centre ancien, quartier de la Courrouze, autant de chantiers qui s’ajoutent à la deuxième ligne de métro. Avec une action très volontariste sur le logement, la ville se reconstruit sur elle-même et les « formes urbaines » se diversifient. Infatigable militant de l’intercommunalité, il défendra le statut de métropole au service de
toute la Bretagne et développera les coopérations avec les villes de l’ouest, notamment Nantes et Saint-Malo.
Dominique Le Tallec, son directeur de cabinet, propose quelques clefs pour saisir cette période en évoquant l’effervescence qui fait la qualité de vie et la qualité de ville.
Postface de Daniel Delaveau.

Auteur : Dominique Le Tallec, administrateur territorial, a été directeur de cabinet de Daniel Delaveau. En poste à Brest, puis à Castres (Tarn), il devient secrétaire général de la ville de Lorient en 1986. De 1990 à 2008, il occupe les fonctions de directeur de cabinet auprès de Jean-Yves Le Drian, maire de Lorient et président du district, puis président du Conseil régional de Bretagne. Directeur exécutif de l’Université européenne de Bretagne, il participe à la création de l’Université Bretagne Loire en janvier 2016.

360 pages - 14 x 21 cm - broché - 22 euros ■


Vos commentaires :

Écrire un commentaire :

Combien font 2 multiplié par 4 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.