Décès de Claude Champaud

Dépêche publié le 12/03/19 20:13 dans Nécrologie par La rédaction pour ABP
Claude Champaud

Claude Champaud, un des derniers survivants du bureau du CELIB (le Comité d’études et de liaison des intérêts bretons) est décédé ce matin à midi. L'auteur de À jamais la Bretagne et de Quand des bretons éveillèrent la Bretagne : le CELIB, comité d’étude et de liaison des intérêts bretons (voir ABP 43665), était aussi à l'origine du Club des Trente.

Né à Pin, en Loire Atlantique, Claude Champaud a grandi à Nantes, avant de rejoindre Rennes pour ses études secondaires. Cet universitaire professeur de droit, ancien président de l'université de Rennes I de 1971 à 1976, et ancien premier Vice-président de la Conférence des présidents d'université et professeur de droit a fait des recherches sur le rôle social de l'entreprise. Il fut aussi Conseiller régional de la région Bretagne, et Vice-président du conseiller général d’Ille-et-Vilaine (UDR). ■


Vos commentaires :
Jean Cévaër
Vendredi 22 mars 2019
J'ai bien connu Claude originaire comme moi de Loire-Inférieure, nous nous sommes rencontrés quand nous étions membres du CA du CELIB. Puis quand j'habitais en région IdF et qu'il était au Conseil d'état, nous avons déjeuner plusieurs fois ensemble.
C'était un homme charmant, très cultivé et un authentique Breton de LA, très attaché à son terroir de Saint
Mars la Jaille et à sa riche histoire

Alain E. VALLÉÉ
Vendredi 22 mars 2019
Sans vous, Monsieur et cher Professeur, l'Université de Rennes n'aurait pas délivré, dès 1972, la Maîtrise de sciences de gestion en tant que diplôme d'Etat.
A l'époque la particularité de cette nouvelle filière fut d'en restreindre l'accès - après sélection - à des diplômés d'une première année (Droit, Lettres, Economie, ...). Ainsi sur environ 100 étudiants qui y entrèrent en 1970, 95 sortirent diplômés en 1972.
Merci.
AV

Écrire un commentaire :

Combien font 6 multiplié par 2 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.