Le début de la fin du jacobinisme

Chronique publié le 1/12/18 23:15 dans Politique par Philippe Argouarch pour ABP
p
Le Premier ministre Édouard Philippe (photo gouvernement.fr)

Plus on écoute les ministres du gouvernement plus on se rend compte que l'insurrection populaire initiée pas les Gilets jaunes va mal finir. Mal finir pour ce gouvernement qui, chaque semaine, s'enfonce de plus en plus dans un autisme effarant. Il ne s'agit pas de réformes où l'on pourrait justifier un refus du gouvernement de céder à l'opposition, mais d'une taxe, une nouvelle gabelle, dans un pays où les gens sont parmi les plus imposés au monde.

Que la taxe soit une taxe carbone ou une autre taxe écologique n'y changera rien car, comme l'a dit une Gilet jaune : «Quand vous êtes préoccupée par la fin du mois, vous ne pouvez pas être concernée par la fin du monde». Pour des milliers de travailleurs pauvres, la fin du monde se répète à la fin de chaque mois. Quand on n'a plus rien à manger ou à donner à manger à ses enfants, c'est la fin du monde.

La position ridicule des ministres qu'on entend dans les médias est d'appeler au dialogue. Pourquoi dialoguer avec un État qui, de toutes façons, ne veut rien céder et a fait le pari insensé du pourrissement du mouvement ? Le refus de dialoguer des Gilets jaunes est rationnel et logique. C 'est au gouvernement de déclarer un moratoire sur la nouvelle taxe sur le carburant et sur l'augmentation du prix de l'électricité prévue dès janvier 2019. Re zo re.

Un pauvre n'est pas forcement un idiot

Le Président et le Premier ministre semblent prendre les Gilets jaunes pour des idiots. Un ministre a même parlé de «peste brune» . L'arrogance des jacobins n'a aucune limite, ça devient même indécent. Les gens qui ne peuvent pas joindre les deux bouts ne sont pas forcement des imbéciles. La destinée des individus est une chose très complexe définie par de nombreux facteurs dont certains sont encore inconnus. On peut d'ailleurs se retrouver à la rue du jour au lendemain. Tout au contraire, on peut facilement penser, vu les déclarations de certains ministres, que les imbéciles sont ceux qui dirigent le pays.

Quant aux députés, ils ont été choisis par LRM jeunes et inexpérimentés, un renouvellement illusoire puisque aujourd'hui le rôle d'un député français est de se soumettre à l'exécutif. Il n'y a plus de débats. Comme disent les Américains, et ils le disent en français pour bien préciser de quel pays on a affaire : «plus ça change, plus c'est la même chose». La Ve République n'est plus une république représentative, car la diversité du peuple n'y est pas représentée et les parlementaires ont un pouvoir très limité. Le Sénat, lui, ne représente d'aucune façon les vrais territoires, les territoires historiques qui composent cet État.

Péter plus haut que son cul et faire payer les Français pour le faire

La France est à cours d'argent car elle s'est endettée dans des proportions inimaginables. Les seuls intérêts sur la dette, à payer tous les ans, sont de 50 milliards d'euros. Les gouvernements de gauche et de droite ont créé cette dette depuis 40 ans afin de payer pour des promesses électorales et se maintenir au pouvoir une fois élus. Tout en payant aux banques ou à des pays comme le Qatar, les intérêts sur cette énorme dette à rembourser un jour, le gouvernement s'engage dans des projets gigantesques au dessus de ses moyens et de la santé économique de la France. Des projets qui concernent surtout Paris, accentuent la fracture et la facture territoriale car c'est tous les Français qui doivent payer pour cette folie des grandeurs. Non contents d'avoir fait de la capitale l'ogre de la France, ils veulent faire de Paris la capitale de l'Europe. Les nouveaux chantiers démesurés sont le nouveau métro Grand Paris Express à 35 milliards (chiffre de la Cour des comptes) le plus grand chantier urbain en Europe, le nouveau terminal 3 de CDG en projet, qui en fera le premier aéroport européen, la préparation des Jeux Olympiques de 2024 dont le coût prévu est de 6 milliards mais qui risque de doubler. Pour couronner le tout : un nouveau porte-avions nucléaire prévu pour faire de la France une des plus puissantes armées du monde. Ajouter à ceci, des interventions militaires en Afrique très chères, l'accueil d'immigrants dépourvus de tout, le coût du chômage, les déficits des divers services publics, le déficit de la SNCF, le train infernal des impôts et des taxes ne peut que s'emballer.

La singularité française peut se définir comme l'incapacité viscérale des républicains (de gauche ou de droite) de s'ajuster à une réalité qui n'a plus rien à voir avec une grandeur de la France disparue depuis plusieurs siècles. Cette histoire de France qui coule dans leurs veines les rend aveugles, autistes et arrogants. Ils ne sont pas au service du peuple car pour eux c'est le peuple qui doit servir la France, que ça soit comme chair à canon ou comme vache à lait.

Le retour à la réalité va être très très douloureux. Il a commencé. ■


Vos commentaires :