La première guerre mondiale fut une défaite pour la Bretagne

Article publié le 7/11/18 20:40 dans Histoire de Bretagne par Erwan LE GARLANTEZEC pour Association de Lutte Contre les Violences Faites aux Bretons

Le 11 novembre 1918, prenait fin la première guerre mondiale.
Ce fut une victoire pour la france mais une défaite pour la Bretagne.
240.000 Bretons sont morts pour un pays qui n'était pas le leur.

Le pourcentage en nombre de victimes par rapport au nombre d'engagés au front a été le plus élevé dans les cinq départements Bretons. Cela, vous le découvrez en cherchant dans les livres d'Histoire. Mais ne comptez pas sur les ouvrages scolaires pour vous l'apprendre. Le révisionisme français est à l'œuvre depuis des siècles.

La France n'a pas eu de scrupules à faire massacrer les fantassins Bretons entre 1914 et 1918.

Elle n'a pas non plus hésité à engager en 1944 ses troupes coloniales à MonteCassino, où les tirailleurs nord Africains se firent décimer pour prendre cette place forte. La france n'a pas hésité à faire combattre puis à abandonner le peuple Hmong et toutes les populations qu'elle a manipulé en Indochine. La France a sciemment laissé plus de 100.000 Algériens, qui lui avaient fait confiance, se faire exterminer en 1962, après les avoir froidement abandonnés.
C'est cela la France : la lâcheté, la trahison et le mépris pour ses supplétifs coloniaux dont nous faisions partie.
Que reposent en paix nos ancêtres Bretons massacrés pour la France coloniale et impérialiste.
Vive la Bretagne libre. Bevet Breizh Dieub. ■


Vos commentaires :
laou ar spazher
Mardi 11 decembre 2018
D'an 11 a viz du 1918 ec'h echue ar brezel bed kentan. Un trec'h e voe evit Bro C'hall hag un dismantr
evit Breizh. 240.000 Breizhad marvet evit ur vro ne oa ket o hini. Tregantad ar soudarded aberzhet e-kenver
o niver war an talbenn a oa uheloc'h e pemp dapartmant Breizh.
Diskoachan a reoc'h an dra-se en ur furchal e-barzh al levrioù istor. Arabat deoc'h fizian el levrioù-skol a-benn hen deskin. Azgwel an istor a-berzh Bro C'hall a bad abaoe kanvejoù.
Diskurpul e oa bet Bro C'hall da lakaat mervel troaderien hor bro etre 1914 ha 1918.
N'eo ket chomet da dortal p'he deus lakaet e-barzh ar jeu e 1944 tropad ar c'holoni e Monte Cassino lec'h
ma voe drailhet tennataerien Norzh Afrika a-benn ac'hub ar c'hrenvlec'h.
Termal didermal n'eo ket chomet Bro C'all p'he deus armet ha dizarmet ar Hmonged hag an holl boblansoù embreget e Indezsina.
Dilezet kalz muioc'h eget 100.000 Aljeraniz o doa lakaet o fizians enni e 1962 ha bet lac'het a-c'houdevezh.
Setu pezh eo Bro C'hall : digalonegezh, trubarderezh, dismegans evit ar paour-kaezh trevadennet ez omp ni ivez.
Ra vo gwenn o bed ha skanv an douar evit eneoù hon hendadoù drouklac'het gant ar C'hallaoued trevadenner hag impalaour.
BEVET BREIZH DIEUB. Long live free Brittany.

Jean Cévaër
Mardi 11 decembre 2018
Ce qui est clair c'est que le 11 novembre les Bretons n'ont rien à célébrer, seulement à pleurer leurs ancêtres morts tragiquement "pour la France" et non pas pour la Bretagne, puisque la seule promesse qui leur fut faite pour les récompenser de leur courage, l'enseignement et l'utilisation de la langue bretonne, ne fut jamais tenue par le pouvoir français
D'où l'amertume des Bretons et ce qui en résulta. JC

Fañch Ar Vilin
Mardi 11 decembre 2018
A Jean Cévaër :

« - Héros “mort pour la France” ?... Non !
Ce n’est qu’un Breton mort par elle. »

Camille Le Mercier d’Erm


Écrire un commentaire :

Combien font 9 multiplié par 2 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.