Le tildé de Fañch incroyable : une affaire d'État

Communiqué de presse publié le 8/10/18 12:20 dans Justice et injustices par Angèle Jacq pour Collectif Breton pour la Démocratie et les Droits de l\'Homme

Le collectif breton démocratie et droits de l'Homme apporte son soutien aux parents du petit Fañch afin que ce jugement redonne place au respect de notre culture bretonne dont les prénoms et leur orthographe font entièrement partie. Connaissant la multiplicité des prénoms d'origine étrangère acceptés par l'État Civil en France, on ne peut comprendre cet ostracisme envers les cultures de Bretagne. Et qui plus est, l'outrance d'une convocation devant la justice à ce propos ! C'est inadmissible dans un pays qui se dit celui des droits de l'Homme. ■


Vos commentaires :
Ronan Courtial
Lundi 10 decembre 2018
Ne nous trompons pas. Ce n'est plus le combat d'une france jacobine contre l'identité Bretonne, la france est l'un des derniers pions des mondialistes contre le monde des identités qui lui échappe, de la Turquie à la Chine comme de l'Italie au monde arabo-musulman. L'attaque contre Fañch, c'est une entreprise concertée de destruction de l'identité d'un peuple d'un lieu. Breton Maître chez Toi!

Yannig Coraud
Lundi 10 decembre 2018
La Bretagne a un très gros problème et ce problème c'est la France république une indivisible et monolingue
La solution consiste à enfin se libérer de ce joug liberticide
Nos élus doivent prendre la mesure de leur responsabilité devant le Peuple breton comme le dit si bien Yvon Ollivier
Malgré toutes ces imperfections et le poids des "communautaristes jacobins français " l'Europe, par sa contribution à l'affaiblissement des nationalismes des Etats est une solution d'avenir pour la Bretagne
Bretons toujours français jamais européens sans doute

Écrire un commentaire :

Combien font 0 multiplié par 3 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.