« Bretagne : Une terre sacrifiée » Qui est le coupable ?

Communiqué de presse publié le 19/11/20 16:02 dans Politique par Joannic Martin pour Parti+Breton"> Parti Breton

p

Ce mardi 17 novembre était diffusé sur France 5, un documentaire intitulé « Bretagne : une terre sacrifiée ». Si le début du reportage aborde la question des algues vertes et traite rapidement de l’évolution des pratiques agricoles, le reste du film sombre vite dans l’agribashing et le sensationnalisme en alignant des faits divers sans aucun lien et en diluant le sujet. Le choix d’une carte de Bretagne amputée finit de clore la liste des incohérences.

L’écologie est au cœur du projet politique du Parti Breton depuis sa création. C’est un enjeu majeur qui ne peut pas nous permettre de tomber dans le dogmatisme. Nous défendons une écologie pragmatique privilégiant la transition plutôt que la fracture. Pour cela, il est indispensable que la Région Bretagne puisse assurer la gestion directe de la politique agricole. L’action doit être bidirectionnelle. Tout d’abord, en accompagnant les acteurs agricoles vers un modèle économiquement plus intéressant et plus respectueux de l’environnement. Deuxièmement, en développant un Plan pour que la Bretagne devienne leader en production et transformation de biens alimentaires de grande qualité (bio, produit labellisés…).

Le Parti Breton profite de l’actualité pour dénoncer la pression exercée sur le monde agricole en dépit des efforts consentis pour diminuer l’impact environnemental. La transformation et les résultats sont déjà visibles dans de nombreuses exploitations. Pourtant, l’agribashing est devenu le quotidien dans nos campagnes, un poids psychologique supplémentaire sur un secteur déjà durement touché par le suicide.

Le sujet est complexe et impose de prendre de la distance avec ce genre de documentaire jouant sur l’émotion du spectateur. C’est une évidence, le modèle agricole breton doit continuer d’évoluer et trouver toujours plus de solutions pour réparer et ne plus reproduire les erreurs passées. Quel Breton pourrait accepter de voir sa terre malade sans réagir ? La recherche et l’innovation agricole offrent des premières réponses. Il est nécessaire de continuer à investir dans cette branche mais ce n’est pas suffisant. Il est impératif d’identifier toutes les causes de cette situation.

Certes, les dérives passées et présentes de certains groupes agro-alimentaires sont intolérables et inexcusables mais le vrai coupable, s’il y en a un, c’est bien l’Etat Français ! Cet Etat Français qui a déclenché, dès le XIXe, l’agonie économique de la Bretagne en signant l’arrêt de mort de l’industrie textile bretonne et en supprimant ce qu’il restait d’autonomie de décision. Cet Etat qui a choisi de faire de la Bretagne son grenier en favorisant toutes les politiques encourageant le modèle productiviste et qui, à travers ses préfets et certains de ses élus, a fait preuve de défaillance de contrôle et de complicité vis-à-vis des pollueurs.

Ne l’oublions pas ! Il est nécessaire d’en avoir conscience pour comprendre pourquoi les Bretons se retrouvent, aujourd’hui, avec leur terre sacrifiée.

________________Joannic Martin, Porte-Parole du Parti Breton

___________________partibreton.bzh


Vos commentaires :
Breizhfish
Dimanche 29 novembre 2020
Et voilà le Parti Breton qui s’aligne sur les positions du président du conseil régional de Bretagne !
- vision « pragmatique » visant plus la transition que la fracture,
- gestion directe de la politique agricole,
- plan pour l’agriculture (ça ne fera jamais que le 5ème ou 6eme en 20 ans)
- lutte contre l’agribashing,
- continuer à évoluer,
- trouver les responsabilités ailleurs pour éviter de se poser trop de questions...

Dites patroed, vous avez un accord en vue avec Chesnais-Girard pour lui apporter vos 0.3% ou vous avez trouvé ça tout seuls ?

Kernavo & avel mad. Y’a du boulot ! ????


Breizhfish
Dimanche 29 novembre 2020
Et voilà le Parti Breton qui s’aligne sur les positions du président du conseil régional de Bretagne !
- vision « pragmatique » visant plus la transition que la fracture,
- gestion directe de la politique agricole,
- plan pour l’agriculture (ça ne fera jamais que le 5ème ou 6eme en 20 ans)
- lutte contre l’agribashing,
- continuer à évoluer,
- trouver les responsabilités ailleurs pour éviter de se poser trop de questions...

Dites patroed, vous avez un accord en vue avec Chesnais-Girard pour lui apporter vos 0.3% ou vous avez trouvé ça tout seuls ?

Kernavo & avel mad. Y’a du boulot ! ????


jakez Lheritier de St Nazer
Dimanche 29 novembre 2020
Le rôle néfaste historique des banques entrainant depuis les années 60,les agriculteurs dans la course aux montages financiers contraignat,avec des chambres d'agriculture bretonnes complices, n'est pas assez mis en avance.

Sebgi35
Dimanche 29 novembre 2020
Nous avons aucun accord en vu des régionales avec LCG car notre programme écologique a toujours eu cette vision. Nous ne sommes pas dans l'idéologie concernant l'écologie et cette vision idéologique n'est d'ailleurs pas partagée par d'autres mouvements politiques écologiques. Si vous sortez de France vous avez cette vision en Écosse, Catalogne et Pays Basque que nous partageons.

penn kaled
Dimanche 29 novembre 2020
Breizhfish
Lisez mon commentaire sur l'article fr3 ,il vous choquera encore plus que celui ci pour lequel je ne trouve rien à redire .

Kerbarh
Dimanche 29 novembre 2020
Sans Bretagne économiquement forte encore moins de culture bretonne. Ne crachons pas dans la soupe.

Sebgi35
Dimanche 29 novembre 2020
Le modèle agricole correspondait à une période où il fallait redresser le pays. Il a atteint ses limites avec tous les aspects négatifs que l'on connaît. Le monde agricole ne pourra sortir par le haut qu'en sortant du modèle français qui le tire vers le bas sur le plan économique, sur le plan écologique et social. Nous pouvons être pragmatique en sortant du glyphosate et en proposant aux agriculteurs une solution alternative. Pour cela il faut décider de notre législation agricole.Nous coulons tous les jours avec le navire France. Le problème de la Bretagne c'est la France.

kris braz
Dimanche 29 novembre 2020
«le vrai coupable, s’il y en a un, c’est bien l’Etat Français !» …et la FNSEA. Et…

penn kaled
Dimanche 29 novembre 2020
Mettre uniquement l'état français comme coupable est réducteur ,et en plus cela nuit à votre crédibilité .Cela fait penser aux communistes pour qui l'unique coupable de la situation sociale et de la misère était le capitalisme ..Par contre démontrer comment une Bretagne prenant son destin en main aurait la capacité d'améliorer la situation économique ,sociale et environnementale ,et avoir un point de vue indépendant des lobbies de l'agro alimentaires et à l'opposé des organisations écologistes ,ce qui n'empêche pas de les consulter .

sebgi35
Dimanche 29 novembre 2020
Nous venons de réactualiser notre programme agricole pour 2020 et nous avons des propositions à faire aux agriculteurs bretons sur tous les aspects

Rafig du 44
Dimanche 29 novembre 2020
«Le choix d’une carte de Bretagne amputée finit de clore la liste des incohérences. »
Enfin un article du Parti Breton où c'est écrit la «bretagne amputée» *1
Reste à tenir cette revendication d'unité BZH pour chaque article que vous publierez pour avoir aussi de la cohérence .... et l'adhésion des bretons du 44.
Sans unité pas d'avenir donc une Bretagne sacrifiée.
*1 : écrire bretagne B4 en minuscule car seule la Bretagne historique mérite une majuscule.

penn kaled
Dimanche 29 novembre 2020
Mon commentaire de hier n'a pas paru ,cependant je viens de lire votre programme agricole ,il est dans l'air du temps et moins à la remorque de certaines personnalités de l'agrobusiness ,c'est un bon point .Cependant s'en tenir aujourd'hui à un programme est insuffisant au vu l'évolution rapide des évènements ,et je pense que c'est l'organisation politique qui a la capacité d'anticiper les conséquences de ces évènements qui marquera des points , à condition de communiquer vers le public visé en hésitant pas à intervenir vers les organisations professionnelles .Une suggestion ,de part le brexit , des produits agricoles américains hors normes risquent d'arriver en masse sur le marché européen ,cela va avoir des conséquences catastrophiques pour l'agriculture bretonne ,si vous pouviez d'une part communiquer et alerter à ce sujet notamment auprès de l'ensemble des acteurs agricoles et du conseil régional .D'autre part le lancement d'une relation anglo bretonne n'a jamais été aussi nécessaire et permettrait d'atténuer le cataclysme à venir .Une fois de plus je comprends mal que quelque part l'interceltisme est un blocage à ce niveau ,alors que par exemple il y a bien un conseil anglo irlandais .

Kerbarh
Dimanche 29 novembre 2020
Et si ce reportage était un outil pour les bobos jacobins de maintenir la Bretagne la tête sous l’eau ? Qu’apporte de plus ce documentaire qui répète les mêmes choses ( certaines vraies mais toujours à charge) que l’on connaît depuis 15 ou 20 ans ? A quand un matraquage médiatique sur la pollution de l’air à Paris,Lyon , Marseille, Lille ... qui tue plus de personnes que l'agriculture bretonne ? D’autres intérêts sont en jeu...

Rafig
Dimanche 29 novembre 2020
@kerbarh
Les mêmes reproches à la Bretagne en matière d’énergie électrique (nucléaire). Province, que l'on nous rabâche chaque hiver, qui serait déficitaire en électricité parce qu'elle refuse le «progrès» que veut nous imposer la France..

Killian Le Tréguer
Dimanche 29 novembre 2020
Mettons plein d'éoliennes écolos sur notre littoral, je suis sûr que c'est bien moins gênant que les algues vertes, qui, comme chacun le sait fait fuir les français de notre région, en atteste l'explosion des prix sur le littoral breton...

Écrire un commentaire :

Combien font 6 multiplié par 5 ?
Note : Ce lieu est un lieu de débat. Les attaques personnelles ne sont pas autorisées. Le trolling est interdit. Les lois contre le racisme, le sexisme, et la diffamation doivent être respectées.